Qui suis-je?

Bonjour à tous et bienvenue chez moi 🙂

Laissez la porte ouverte. Installez-vous confortablement. Je vais vous raconter qui je suis et où vous êtes.

Je m’appelle Jérôme Vialleton. Ça, vous l’aviez compris. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est qu’il ne s’agit pas d’un nom d’emprunt.

Je suis né en France à une époque où les téléphones avaient un fil et où les jeux vidéo consistaient en deux barres qui se renvoient un pixel carré. Faute d’avoir ces beaux joujoux du 21e siècle et n’ayant ni frère, ni sœur, j’ai donc passé mon enfance à lire, et à jouer seul dans ma chambre. Je collectionnais des jouets, des figurines de tous les univers imaginaires disponibles au magasin le plus proche et je leur inventais des histoires. Il y avait du suspens, de l’humour, de l’action et des rebondissements… Je ne le savais pas encore, mais ce jeu allait remplir une bonne partie de ma vie.

J’ai commencé à raconter mes histoires sur le papier, et j’ai adoré cela. Geek jusqu’au bout des ongles et fan du maître de l’horreur, j’imaginais des monstres, des forces maléfiques et des aventuriers héroïques. À onze ans, j’ai donc décidé de devenir écrivain. J’étais sûr de moi. Les jeux étaient faits. J’ai écrit une histoire et je l’ai fait lire à ma famille. Ils ont souri poliment et m’ont demandé de mettre la table. Je l’ai fait lire à mes copains, ils ont éclaté de rire et m’ont dit que c’était nul. Alors j’ai arrêté. Si j’étais nul, ce n’était pas la peine de continuer, pas vrai ?

J’ai étudié, mangé, bu, voyagé, dragué, fait l’amour, fait la fête, dormi, ris, pleuré, travaillé, séduit, épousé, fait un enfant, divorcé, re-dragué, re-fait l’amour, re-séduit…etc.

Pendant tout ce temps, l’envie d’écrire était toujours là, mais une petite voix dans ma tête me répétait inlassablement que je n’étais pas assez bon, que je n’y arriverais pas, que cela n’en valait pas la peine. Bien sûr je continuais, par d’autres biais, de raconter des histoires aux gens. J’ai fait du théâtre, beaucoup. J’ai joué dans des pièces, écrit quelques saynètes, et découvert le théâtre d’improvisation que je pratique encore régulièrement aujourd’hui.

C’est alors que j’ai rencontré une magnifique personne. Non contente d’être belle comme le jour et douce comme le clapotis d’une eau de source, elle a cru en moi et en ce que je pouvais faire. Cela m’a donné des ailes. Ajoutez à cela une petite crise de la quarantaine, et il n’en faut pas plus pour que le petit garçon qui voulait devenir écrivain se fasse à nouveau entendre. Alors j’ai recommencé à écrire. Une nouvelle médiocre pour commencer. J’ai fait des recherches sur l’art de raconter des histoires, et sur la manière de trouver des lecteurs. Parce que, pour être un vrai écrivain, il faut être lu.

Quand mon deuxième enfant a annoncé sa venue, j’ai voulu faire quelque chose pour lui. J’ai imaginé l’histoire d’un petit garçon, un peu solitaire, qui passerait son temps à inventer des histoires avec ses jouets. Un enfant plein d’idées qui ne croit pas en lui-même, et qui va faire une rencontre extraordinaire. Je l’ai appelé Charlie. L’histoire de sa rencontre avec un magicien invisible a été le premier roman que j’ai publié en auto-édition.

Aujourd’hui, j’ai deux missions :

La première est de continuer d’écrire et de raconter des histoires. Ce site auteur est là pour vous en parler, pour vous donner des informations sur mes projets en-cours, vous parler de mes influences, des livres qui m’ont marqué, des histoires que je vous offre, des belles choses à ne pas rater.

La deuxième est d’aider ceux qui, comme moi, rêvent d’écrire et d’être lu. Pour que plus personne ne gaspille 30 ans à se croire indigne de son rêve. Pour qu’il y ait quelqu’un qui croit en eux. Pour cela, j’ai créé ecrire-et-etre-lu.com. Sur ce blog, pas de fausse promesse, pas de faux espoirs. Juste toute l’aide que je peux apporter. Si vous avez des ambitions littéraires, vous y êtes les bienvenues. 🙂

Je termine sur cette citation tirée du livre « Écriture : mémoire d’un métier » qui ne quitte jamais ma table de chevet, parce qu’elle résume parfaitement ma vision de ce que doit être l’écriture :

« Écrire n’a rien à voir avec gagner de l’argent, devenir célèbre, draguer les filles ou se faire des amis “…” Écrire revient à enrichir la vie de ceux qui liront vos ouvrages, mais aussi à enrichir votre propre vie. »

S. King
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •